Webdisclosure.com

Search

AIR LIQUIDE (EPA:AI) Air Liquide : Résultats 2018 : Forte croissance et amélioration de l’ensemble des indicateurs de performance

Directive transparence : information réglementée Divers historique

14/02/2019 07:20

COMMUNIQUE DE PRESSE ET RAPPORT D’ACTIVITE

Regulatory News:

Air Liquide (Paris:AI):

Chiffres clés (en millions d'euros)   2018   2018/2017 publié   2018/2017 comparable (a)
Chiffre d’affaires Groupe   21 011   + 3,3 %   + 6,1 %
dont Gaz & Services   20 107   + 2,4 %   + 5,2 %
Résultat opérationnel courant   3 449   + 2,5 %   + 7,6 %
Marge opérationnelle Groupe   16,4%        
Variation hors énergie   + 10 pbs        
Marge opérationnelle Gaz & Services   18,3%        
Variation hors énergie   + 30 pbs        
Résultat net (part du Groupe)   2 113   + 4,2 % (b)   + 8,7 % (c)
Bénéfice net par action (en euros)   4,95   + 4,0 % (b)    
Dividende 2018 proposé par action (en euros)   2,65   + 0,0 %    
Cash-Flow   4 716   + 10,9 %    
Dette nette au 31/12/2018   12,5 Mds €   - 0,8 Md €    
Rentabilité des Capitaux Employés après impôts - ROCE   8,0%   + 30 pbs (d)   + 60 pbs (e)

(a) Variation hors effets de change, d’énergie (gaz naturel et électricité) et de périmètre significatif, voir réconciliation en annexe. (b) Variation par rapport au résultat net récurrent de 2017 (hors les éléments exceptionnels et l’impact de la réforme fiscale américaine qui étaient sans effet sur la trésorerie). (c) Variation par rapport au résultat net récurrent de 2017 et hors effet de change. (d) Variation par rapport au ROCE récurrent de 2017. (e) Variation par rapport au ROCE récurrent de 2017 et hors effet de change.

Commentant les résultats 2018, Benoît Potier, Président-Directeur Général du groupe Air Liquide a déclaré :

« L’année 2018 est une année particulièrement dynamique, tant par la croissance des ventes à 21 milliards d’euros et la progression du résultat net à 2,1 milliards d’euros, que par les efficacités et synergies réalisées, ou le niveau élevé des investissements industriels décidés.

La croissance des ventes est la plus forte depuis 2011. Toutes les activités progressent, notamment les activités Gaz & Services, soit 96% du chiffre d’affaires du Groupe, avec un dernier trimestre particulièrement dynamique en Électronique et en Industriel Marchand. Sur le plan géographique, toutes les régions sont en progression, notamment les zones Amériques et Asie-Pacifique, en particulier la Chine.

Les synergies Airgas sont atteintes avec un an d’avance, confirmant ainsi la bonne finalisation de l’intégration. De plus, les objectifs d'efficacité opérationnelle ont été dépassés, contribuant à une progression de la marge opérationnelle Gaz & Services, hors effet énergie. A partir de 2019, l’objectif annuel d’efficacité est porté à 400 millions d’euros pour le Groupe, soit 100 millions d’euros de plus que l’objectif initial du programme NEOS.

Les flux de trésorerie sont en augmentation et participent à la réduction significative du taux d’endettement, à 69%. Le bilan du Groupe est solide. Le ROCE s’améliore pour atteindre 8,3% hors change, en ligne avec l’objectif NEOS.

Dans un contexte d’opportunités industrielles toujours importantes, les décisions d'investissement du Groupe atteignent plus de 3 milliards d’euros. Les investissements industriels en cours d’exécution s’élèvent à 2,2 milliards d’euros en appui de la croissance future.

Ainsi, dans un environnement comparable, Air Liquide est confiant dans sa capacité à réaliser en 2019 une croissance du résultat net, calculée à change constant. »

Faits marquants 2018

  • Développements dans l’industrie : signature de nouveaux contrats long-terme pour la construction d’unités d’hydrogène (Corée du Sud, Benelux) et de deux unités de gaz de l’air (Russie) ; fourniture d’oxygène à un client stratégique depuis le réseau du Groupe aux Etats-Unis ; entrée sur le marché du Kazakhstan ; année record pour l’Electronique avec notamment neuf investissements de fourniture d’azote ultra-pur et très bon accueil de l’offre enScribeTM ; montée en puissance de la plus grande unité de gaz de l’air du monde (Afrique du Sud).
  • Poursuite des acquisitions dans la Santé : en Arabie Saoudite dans la santé à domicile et investissement dans EOVE, start-up française spécialisée dans les ventilateurs portables connectés.
  • Innovation : inauguration du Campus Innovation Paris, sur le plateau de Saclay, qui réunit en un seul lieu le plus grand centre de R&D du Groupe, des experts métiers et un accélérateur de start-up deeptech.
  • Annonce des Objectifs climat du Groupe avec engagement pris pour une croissance bas carbone et réduction de 30 % de son intensité carbone entre 2015 et 2025. Signature d’un contrat d’achat de 50 mégawatts (MW) d'électricité renouvelable d’origine éolienne.
  • Hydrogène Énergie :
    • Marché de la mobilité : annonce de la construction de la 1 ère unité de production de grande taille d’hydrogène liquide aux Etats-Unis ;
    • Avancée technologique avec l’inauguration d’un électrolyseur pilote au Danemark pour la production d’hydrogène décarboné ;
    • Nouveaux partenariats en Chine et au Japon favorisant le développement de la filière ;
    • Conseil de l’Hydrogène : 54 entreprises d’envergure internationale réunies au sein du Conseil co-présidé par Benoît Potier.
  • Développement du marché du biométhane avec la mise en service de 5 nouvelles unités de production (Etats-Unis, France et Royaume-Uni) et nouvelles décisions d’investissement en Europe du Nord et aux Etats-Unis.

Le chiffre d’affaires du Groupe, à 21 011 millions d’euros en 2018, est en hausse comparable de + 6,1 %, supérieure à la borne haute de l’objectif NEOS. Il est soutenu par une croissance des ventes Gaz & Services élevée, + 5,2 %, en progression trimestre après trimestre, l’amélioration de l’activité Ingénierie & Construction (+ 31,5 %) et le fort développement de l’activité Marchés Globaux & Technologies (+ 29,6 %). L’effet de change négatif en 2018, - 3,6 %, s’atténue au fur et à mesure de l’année, principalement du fait du raffermissement du dollar américain par rapport à l’euro. L’effet énergie, qui était négatif au 1er trimestre, devient positif à partir du 2ème trimestre pour s’établir à + 1,3 % sur l’année. La vente de l’activité Réfrigérants d’Airgas fin 2017 génère un effet périmètre significatif de - 0,5 % en 2018. Ainsi, le chiffre d’affaires du Groupe affiche en 2018 une variation publiée de + 3,3 %.

Le chiffre d’affaires Gaz & Services atteint 20 107 millions d’euros en 2018, en croissance comparable de + 5,2 %. Toutes les zones progressent en croissance comparable.

  • Le chiffre d’affaires de la zone Amériques s’établit à 7 982 millions d’euros en 2018. La croissance a continué à progresser trimestre après trimestre et s’établit à + 5,2 % sur l’année. Le niveau d’activité est élevé en Grande Industrie (+ 5,4 %) tant dans les gaz de l’air que l’hydrogène. Les ventes de l’Industriel Marchand affichent une forte croissance (+ 4,6 %) avec un effet prix élevé. Le chiffre d’affaires de la Santé poursuit son fort développement (+ 8,2 %) malgré une contribution limitée des petites acquisitions. Le chiffre d’affaires de l’Electronique affiche une croissance de + 6,7 % sur l’année.
  • Le chiffre d’affaires de la zone Europe atteint 7 111 millions d’euros, en hausse de + 2,5 % sur l’année. Les ventes de la Grande Industrie sont en progression (+ 1,9 %), notamment dans les gaz de l’air. La croissance est solide en Industriel Marchand (+ 3,2 %), les effet prix se renforçant tout au long de l’année. La Santé poursuit son développement régulier (+ 4,8 %) soutenu essentiellement par une croissance organique des ventes.
  • Le chiffre d’affaires de la zone Asie-Pacifique s’établit à 4 359 millions d’euros en 2018, en progression de + 8,2 %. En Grande Industrie, la hausse des ventes (+ 3,5 %) bénéficie de montées en puissance d’unités au 1er semestre et de démarrages en fin d’année. L’activité Industriel Marchand est en forte progression dans la zone (+ 7,0 %) en particulier en Chine. Le chiffre d’affaires de l’Électronique affiche une croissance record, + 17,1 %, les ventes de gaz étant très dynamiques et celles d’Equipements & Installations exceptionnellement élevées.
  • Le chiffre d’affaires de la zone Moyen-Orient et Afrique atteint 655 millions d’euros, en hausse de + 15,5 % sur l’année. En Grande Industrie, les ventes 2018 bénéficient du démarrage en décembre 2017 de la plus grande unité de séparation des gaz de l’air au monde en Afrique du Sud. L’activité est toujours très dynamique en Egypte.

Le chiffre d’affaires Gaz & Services bénéficie d’une forte contribution de toutes les lignes de métiers. La croissance en Industriel Marchand est très solide, + 4,5 %, soutenue par des effets prix élevés (+ 2,5 %) en augmentation au 2ème semestre (+ 3,1 %) par rapport au 1er semestre (+ 1,9 %). La Grande Industrie, + 4,7 %, bénéficie notamment d’un démarrage significatif en Afrique du Sud en décembre 2017 et d’une demande soutenue en oxygène, notamment en Amériques et en Asie. Dans la Santé, les ventes sont en forte progression, + 5,7 %, malgré une contribution limitée des petites acquisitions. L’Electronique affiche une croissance record de + 9,9 %, avec des ventes de Gaz vecteurs et de Molécules avancées en forte progression et d’Equipements & Installations exceptionnellement élevées.

Le chiffre d’affaires 2018 de l’Ingénierie & Construction s’élève à 430 millions d’euros, en hausse de + 31,5 % par rapport à 2017. Il bénéficie de l’amélioration progressive des prises de commandes depuis début 2017.

L’activité Marchés Globaux & Technologies présente des ventes en hausse de + 29,6 % à 474 millions d’euros en 2018, l’activité biogaz étant le principal contributeur à cette croissance.

Les synergies additionnelles d’Airgas en 2018 représentent 76 millions de dollars américains et elles atteignent 290 millions de dollars américains en cumulé depuis l’acquisition. L’objectif de 300 millions de dollars américains de synergies cumulées est atteint au 1 er trimestre 2019, soit plus d’un an avant l’objectif initial.

Sur l’année, les gains d’efficacité du Groupe atteignent 351 millions d’euros, dépassant largement l’objectif annuel de plus de 300 millions d’euros du programme NEOS. La forte dynamique d’investissement des principaux marchés de nos clients génère pour le Groupe une augmentation des opportunités d’investissement et des signatures de nouveaux contrats long-terme. Dans ce contexte porteur pour la croissance future et afin de sécuriser la réalisation de l’objectif NEOS d’atteindre un ROCE de plus de 10% en 2021-2022, le programme d’efficacités du Groupe va être significativement renforcé. Ainsi, à partir de 2019, l’objectif annuel de génération d’efficacités est désormais fixé à plus de 400 millions d’euros.

Le résultat opérationnel courant (ROC) du Groupe atteint 3 449 millions d’euros en 2018, en hausse de + 6,7 % hors change. La marge opérationnelle (ROC sur chiffre d’affaires) s’établit à 16,4 % et à 16,6 % hors effet énergie, soit une amélioration de + 10 points de base par rapport à celle de 2017. Hors effet énergie, la marge opérationnelle Gaz & Services progresse de + 30 points de base par rapport à celle de 2017.

Le résultat net part du Groupe s’établit à 2 113 millions d’euros en 2018, en progression de + 4,2 % par rapport au résultat net « récurrent » de 2017 qui exclut les éléments exceptionnels et l’impact de la réforme fiscale américaine qui étaient sans effet sur la trésorerie. Il est en hausse de + 8,7 % en excluant également l’effet change.

La capacité d’autofinancement avant variation du besoin en fonds de roulement atteint 4 138 millions d’euros et s’établit à 19,7 % des ventes. Elle permet notamment d’assurer le financement des investissements industriels nets qui s’établissent à 2,2 milliards d’euros et d’améliorer le ratio d’endettement net sur fonds propres, en baisse de 80 % fin 2017 à 68,8 % fin 2018. Les paiements sur investissements industriels bruts représentent 10,7 % des ventes et sont en ligne avec le plan stratégique moyen-terme.

Les décisions d’investissement industriel et financier s’élèvent à plus de 3,1 milliards d’euros en hausse de + 22 % par rapport à 2,6 milliards d’euros en 2017. Il s’agit d’un niveau record hors acquisitions majeures. Malgré ce niveau de décisions d’investissement particulièrement élevé, le portefeuille d’opportunités d’investissement à 12 mois s’établit à 2,6 milliards d’euros à fin décembre 2018, en hausse de 500 millions d’euros par rapport à fin 2017.

Le retour sur capitaux employés après impôts (ROCE) s’établit à 8,0 %, en hausse de + 30 points de base par rapport au ROCE récurrent de fin 2017 (7,7 %). Hors effet change, l’amélioration est de + 60 points de base. Le Groupe confirme l’objectif NEOS d’atteindre à nouveau un ROCE supérieur à 10 % d’ici 2021 - 2022.

Par ailleurs, Air Liquide s'inscrit depuis de nombreuses années dans une démarche de croissance responsable visant notamment à limiter ses émissions de CO2 et celles de ses clients. Le Groupe a annoncé le 30 novembre 2018 ses Objectifs climat, notamment celui de réduire de 30 % son intensité carbone 1 entre 2015 et 2025, avec une approche globale incluant ses actifs, ses clients et les écosystèmes. Ces objectifs sont les plus ambitieux du secteur et sont en ligne avec le programme d’entreprise NEOS.

Le Conseil d’Administration d’Air Liquide, qui s’est réuni le 13 février 2019, a arrêté les comptes audités de l’exercice 2018. Un rapport avec une certification sans réserve est en cours d’émission par les Commissaires aux comptes.

Le Conseil d’Administration proposera, à la prochaine Assemblée Générale des Actionnaires, le versement d’un dividende de 2,65 euros par action, stable par rapport à l’année précédente. Le dividende sera détaché le 20 mai 2019 et mis en paiement le 22 mai 2019. En outre, le Conseil d’Administration a décidé l'attribution le 9 octobre 2019 d'une action gratuite pour 10 actions détenues.

Le Conseil a également approuvé les projets de résolutions qui seront soumis à l’Assemblée Générale le 7 mai 2019, dont notamment les propositions de renouvellement, pour une durée de quatre ans, des mandats d’administrateurs de :

  • Madame Siân Herbert-Jones, membre du Conseil d'Administration de la Société depuis 2011 et Présidente du Comité d’audit et des comptes depuis 2015 ;
  • Madame Geneviève Berger, membre du Conseil d'Administration de la Société depuis 2015 et membre du Comité environnement et société depuis 2017.

A l’issue de l’Assemblée Générale du 7 mai 2019, le Conseil d'Administration serait ainsi composé de 12 membres, dont 11 élus et un administrateur salarié. Le Conseil comprendrait sept hommes et cinq femmes. Il serait composé de six administrateurs de nationalité étrangère.

En outre, le Conseil a arrêté la rémunération des dirigeants mandataires sociaux, applicable à Monsieur Benoît Potier en sa qualité de Président-Directeur Général pour 2018 et 2019 dont le détail sera publié sur le site internet d’Air Liquide. Conformément à la loi Sapin 2, l’Assemblée Générale des Actionnaires est invitée à statuer sur les éléments de rémunération 2018 du Président-Directeur Général et sur les principes et critères de détermination de sa rémunération pour 2019.

1 En kg CO 2 équivalent / € résultat opérationnel courant avant amortissements.

Sommaire du Rapport de gestion

 

PERFORMANCE 2018

 

6

 

Chiffres clés

6

Compte de résultat

7

Flux de trésorerie et bilan 2018

16

 

CYCLE D’INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT

19

 

Investissements

19

Financement 2018

21

 

PERSPECTIVES

23

 

ANNEXES

25

 

Estimation de l’impact d’IFRS16 sur l’exercice 2019

25

Impacts du change, de l’énergie et du périmètre significatif (Annuel)

26

Impacts du change, de l’énergie et du périmètre significatif (Trimestre)

27

Chiffre d’affaires 4 ème trimestre 2018

28

Information géographique et sectorielle

28

Compte de résultat consolidé

29

Bilan consolidé

30

Tableau des flux de trésorerie consolidé

31

Rentabilité des capitaux employés – ROCE

33

PERFORMANCE 2018

 

Sauf mention contraire, les variations du chiffre d’affaires commentées ci-dessous sont toutes des variations à données comparables, hors effets de change, d’énergie (gaz naturel et électricité) et de périmètre significatif. La référence à Airgas correspond aux activités Industriel Marchand et Santé du Groupe aux Etats-Unis.

Chiffres clés

       
(en millions d'euros)   2017   2018   Variation 2018/2017 publiée   Variation 2018/2017 comparable (a)
Chiffre d’affaires total   20 349   21 011   + 3,3 %   + 6,1 %
dont Gaz & Services   19 642   20 107   + 2,4 %   + 5,2 %
Résultat opérationnel courant   3 364   3 449   + 2,5 %   + 7,6 %
Résultat opérationnel courant (en % du chiffre d’affaires)   16,5 %   16,4 %        
Variation hors énergie       + 10 pbs        
Autres produits et charges opérationnels non courants   (344)   (162)        
Résultat net - part du Groupe   2 200   2 113   + 4,2 % (b)   + 8,7 % (c)
Bénéfice net par action ajusté (en euros)   5,16   4,95   + 4,0% (b)    
Dividende par action ajusté (en euros)   2,65   2,65   + 0,0 %    
Flux net de trésorerie généré par les activités opérationnelles (d)   4 254   4 716   + 10,9 %    
Paiements nets sur investissements (e)   1 850   2 272        
Endettement net   13 371   12 535        
Ratio d’endettement net sur fonds propres   80 %   68,8 %        
Rentabilité des capitaux employés après impôts - ROCE   8,2 %   8,0 %   + 30 pbs (f)   + 60 pbs (g)

(a) Variation hors effets de change, d’énergie (gaz naturel et électricité) et de périmètre significatif, voir réconciliation en annexe.
(b) Variation par rapport au résultat net récurrent de 2017 (hors éléments exceptionnels et l’impact de la réforme fiscale américaine qui étaient sans effet sur la trésorerie).
(c) Variation par rapport au résultat net récurrent de 2017 et hors effet de change.
(d) Capacité d’autofinancement après variation du besoin en fonds de roulement et autres éléments.
(e) Incluant les transactions avec les actionnaires minoritaires.
(f) Variation par rapport au ROCE récurrent de 2017.
(g) Variation par rapport au ROCE récurrent de 2017 et hors effet de change.

Compte de résultat

       

CHIFFRE D’AFFAIRES

 
Chiffre d'affaires

(en millions d'euros)

  2017   2018   Variation 2018/2017 publiée   Variation 2018/2017 comparable
Gaz & Services   19 642   20 107   + 2,4 %   + 5,2 %
Ingénierie & Construction   335   430   + 28,4 %   + 31,5 %
Marchés Globaux & Technologies   372   474   + 27,3 %   + 29,6 %
CHIFFRE D'AFFAIRES TOTAL   20 349   21 011   + 3,3 %   + 6,1 %
Chiffre d'affaires trimestriel

(en millions d'euros)

  T1 2018   T2 2018   T3 2018   T4 2018
Gaz & Services   4 831   4 938   5 066   5 272
Ingénierie & Construction   85   95   105   145
Marchés Globaux & Technologies   94   119   100   161
CHIFFRE D'AFFAIRES TOTAL   5 010   5 152   5 271   5 578
Variation 2018/2017 Groupe publiée   - 3,2 %   + 0,7 %   + 6,6 %   + 9,1 %
Variation 2018/2017 Groupe comparable   + 6,0 %   + 5,6 %   + 6,0 %   + 6,8 %
Variation 2018/2017 Gaz & Services comparable   + 5,0 %   + 5,1 %   + 5,2 %   + 5,6 %

Groupe

Le chiffre d’affaires 2018 du Groupe, à 21 011 millions d’euros, est en hausse comparable de + 6,1 %, supérieure à la borne haute de l’objectif NEOS. Il est soutenu par une croissance des ventes Gaz & Services élevée, + 5,2 %, en progression trimestre après trimestre, l’amélioration de l’activité Ingénierie & Construction (+ 31,5 %) et le fort développement de l’activité Marchés Globaux & Technologies (+ 29,6 %). L’effet de change négatif en 2018, - 3,6 %, s’atténue au fur et à mesure de l’année, principalement du fait du raffermissement du dollar américain par rapport à l’euro. L’effet énergie, qui était négatif au 1er trimestre, devient positif à partir du 2ème trimestre pour s’établir à + 1,3 % sur l’année. La vente de l’activité Réfrigérants d’Airgas fin 2017 génère un effet périmètre significatif de - 0,5 % en 2018. Ainsi, le chiffre d’affaires du Groupe affiche en 2018 une variation publiée de + 3,3 %.

Gaz & Services

Le chiffre d’affaires Gaz & Services atteint 20 107 millions d’euros en 2018, en croissance comparable de + 5,2 %. Il bénéficie d’une forte contribution de toutes les lignes de métiers et de toutes les géographies. La croissance en Industriel Marchand est très solide, + 4,5 %, soutenue par des effets prix élevés (+ 2,5 %) en augmentation au 2ème semestre (+ 3,1 %) par rapport au 1er semestre (+ 1,9 %). La Grande Industrie, + 4,7 %, bénéficie notamment d’un démarrage significatif en Afrique du Sud en décembre 2017 et d’une demande soutenue en oxygène, notamment en Amériques et en Asie. Dans la Santé, les ventes sont en forte progression, + 5,7 %, malgré une contribution limitée des petites acquisitions. L’Electronique affiche une croissance record de + 9,9 %, avec des ventes de Gaz vecteurs et de Molécules avancées en forte progression et d’Equipements & Installations exceptionnellement élevées. Les ventes publiées sont en hausse de + 2,4 %, l’effet énergie, à + 1,4 %, ne compensant pas les effets défavorables de change et de périmètre significatif (de - 3,7 % et - 0,5 % respectivement).

Chiffre d'affaires par géographie et branche d'activité

(en millions d’euros)

  2017   2018   Variation 2018/2017 publiée   Variation 2018/2017 comparable
Amériques   8 150   7 982   - 2,1 %   + 5,2 %
Europe   6 776   7 111   + 5,0 %   + 2,5 %
Asie-Pacifique   4 081   4 359   + 6,8 %   + 8,2 %
Moyen-Orient et Afrique   635   655   + 3,2 %   + 15,5 %
CHIFFRE D'AFFAIRES GAZ & SERVICES   19 642   20 107   + 2,4 %   + 5,2 %
Grande Industrie   5 336   5 685   + 6,6 %   + 4,7 %
Industriel Marchand   9 261   9 181   - 0,9 %   + 4,5 %
Santé   3 401   3 486   + 2,5 %   + 5,7 %
Électronique   1 644   1 755   + 6,7 %   + 9,9 %

Amériques

Le chiffre d’affaires Gaz & Services de la zone Amériques s’établit à 7 982 millions d’euros en 2018. La croissance a continué à progresser trimestre après trimestre et s’établit à + 5,2 % sur l’année. Le niveau d’activité est élevé en Grande Industrie (+ 5,4 %) tant dans les gaz de l’air que l’hydrogène. Les ventes de l’Industriel Marchand affichent une forte croissance (+ 4,6 %) avec un effet prix élevé. Le chiffre d’affaires de la Santé poursuit son fort développement (+ 8,2 %) malgré une contribution limitée des petites acquisitions.

  • La Grande Industrie affiche un chiffre d’affaires en hausse de + 5,4 % en 2018. Le démarrage d’OCI aux Etats-Unis à la fin du 2ème trimestre et des montées en puissance d’unités en Amérique latine contribuent à la croissance des volumes d’oxygène. Les ventes d’hydrogène sont également en progression, soutenues par une demande élevée. L’activité cogénération au Canada bénéficie en 2018 de conditions favorables sur le marché de l’électricité en Alberta.
  • En Industriel Marchand, les ventes progressent de + 4,6 % sur l’année. Aux Etats-Unis, la croissance est soutenue par des ventes très solides de gaz en bouteilles et de produits associés qui bénéficient d’une bonne orientation de la plupart des marchés finaux et notamment la Fabrication métallique, la Construction et l’Energie. Au Canada, les ventes de gaz en bouteilles et de produits associés sont en croissance, en particulier dans le marché de la Fabrication métallique, et compensent des volumes d’azote liquide plus faibles pour l’exploration pétrolière en Alberta. La croissance en Amérique du Sud reste dynamique, avec notamment des volumes de gaz liquide en forte hausse au Brésil. Les effets prix se sont renforcés en fin d’année pour atteindre + 4,2 % au 4ème trimestre et s’établissent à + 3,0 % sur l’année, en ligne avec l’inflation.
  • Le chiffre d’affaires 2018 de la Santé progresse fortement, de + 8,2 % malgré une contribution limitée des petites acquisitions. La croissance des Gaz médicaux est forte aux Etats-Unis, soutenue notamment par le succès des bouteilles à interface digitale et la hausse des ventes aux clients de la médecine de ville. Le développement de l’activité reste très dynamique en Amérique latine, notamment au Brésil et en Colombie, en particulier dans la Santé à domicile.
  • Le chiffre d’affaires de l’Électronique affiche une croissance de + 6,7 % sur l’année, avec des ventes de Gaz vecteurs et de Matériaux avancés en croissance et des ventes d’Equipements & Installations très élevées.

Europe

Le chiffre d’affaires de la zone Europe atteint 7 111 millions d’euros, en hausse de + 2,5 % sur l’année. Les ventes de la Grande Industrie sont en progression (+ 1,9 %), notamment dans les gaz de l’air. La croissance est solide en Industriel Marchand (+ 3,2 %), les effets prix se renforçant tout au long de l’année. La Santé poursuit son développement régulier (+ 4,8 %) soutenue essentiellement par une croissance organique des ventes.

  • Le chiffre d’affaires de la Grande Industrie progresse de + 1,9 % en 2018, avec des ventes de gaz de l’air en croissance, notamment en France, au Benelux et en Italie, et une activité de cogénération en hausse au Benelux. Les ventes d’hydrogène ont été impactées au 2ème semestre par des arrêts clients significatifs, en particulier au Benelux. Le développement est particulièrement dynamique en Turquie avec le démarrage d’une nouvelle unité au 4ème trimestre. Le Groupe a également démarré une activité au Kazakhstan au 3ème trimestre avec la reprise d’une unité de production d’hydrogène pour servir les besoins du producteur national d’hydrocarbures.
  • Les ventes en Industriel Marchand progressent de + 3,2 % en 2018, avec une croissance solide tout au long de l’année et forte au 4ème trimestre, à + 4,7 %. La très grande majorité des pays contribue à la croissance. Les ventes de gaz en bouteilles progressent plus fortement au 2ème semestre mais la hausse reste encore inférieure à celle des ventes de gaz sous forme liquide. La croissance se poursuit à un rythme très élevé en Turquie et en Europe de l’Est, plus particulièrement en Pologne et en Russie. Les effets prix se sont renforcés trimestre après trimestre, rattrapant progressivement l’inflation, pour s’établir à + 1,5 % sur l’année et + 2,6 % au 4ème trimestre.
  • La Santé poursuit son développement régulier avec une croissance des ventes essentiellement organique de + 4,8 %, la contribution des petites acquisitions étant limitée. L’activité Santé à domicile reste très dynamique avec notamment une forte augmentation du nombre de patients diabétiques en Scandinavie. Le développement des ventes de gaz médicaux pour les hôpitaux est affecté par une pression tarifaire constante. Le chiffre d’affaires de l’activité Ingrédients de spécialité est en forte progression.

Asie-Pacifique

Le chiffre d’affaires de la zone Asie-Pacifique s’établit à 4 359 millions d’euros en 2018, en progression de + 8,2 %. En Grande Industrie, la hausse des ventes (+ 3,5 %) bénéficie de montées en puissance d’unités au 1er semestre et de démarrages en fin d’année. L’activité Industriel Marchand est en forte progression dans la zone (+ 7,0 %) en particulier en Chine. Le chiffre d’affaires de l’Électronique affiche une croissance record de + 17,1 %, les ventes de gaz étant très dynamiques et celles d’Equipements & Installations exceptionnellement élevées.

  • Les ventes 2018 de la Grande Industrie progressent de + 3,5 %, soutenues par la contribution de montées en puissance d’unités au 1er semestre et par plusieurs démarrages en Chine en fin d’année. Ces ventes additionnelles compensent largement la diminution de chiffre d’affaires liée à la cession fin 2017 de trois unités isolées au nord de la Chine. La demande des clients est solide, notamment en hydrogène en Corée du Sud et en gaz de l’air en Asie du Sud-Est.
  • En Industriel Marchand, le chiffre d’affaires est en forte augmentation, + 7,0 % sur l’année, avec des situations très différentes selon les pays. En Chine, la croissance est supérieure à + 15 % sur l’année, soutenue par la forte hausse des volumes de gaz en bouteilles et d’argon liquide, ainsi que par la progression des prix. Le chiffre d’affaires au Japon est en légère baisse. Les ventes sont en croissance en Australie, notamment celles de gaz sous forme liquide pour le secteur minier. Les effets prix s’établissent à + 1,8 % sur l’année et + 1,2 % au 4ème trimestre, du fait du ralentissement de l’effet prix en Chine après cinq trimestres consécutifs de forte hausse.
  • Le chiffre d’affaires de l’Electronique présente une hausse record de + 17,1 % en 2018. Il bénéficie d’une demande dynamique pour les Molécules avancées, notamment en Corée du Sud, en Chine et à Taiwan, et de la montée en puissance d’unités de Gaz vecteurs à Singapour, Taiwan, en Chine et au Japon. Les ventes d’Equipements & Installations sont également exceptionnellement élevées, en croissance de plus de + 50 %.

Moyen-Orient et Afrique

Le chiffre d’affaires de la zone Moyen-Orient et Afrique atteint 655 millions d’euros, en hausse de + 15,5 % sur l’année. En Grande Industrie, les ventes 2018 bénéficient du démarrage en décembre 2017 de la plus grande unité de séparation des gaz de l’air au monde en Afrique du Sud. L’activité est toujours très dynamique en Egypte avec le démarrage d’une unité de séparation des gaz de l’air au 1er trimestre 2018 et des volumes croissants en Industriel Marchand. L’activité Santé poursuit son développement, notamment en Arabie saoudite où une acquisition fin 2017 a initié localement le démarrage de l’activité Santé à domicile.

Ingénierie & Construction

Le chiffre d’affaires 2018 de l’Ingénierie & Construction s’élève à 430 millions d’euros, en hausse de + 31,5 % par rapport à 2017. Il bénéficie de l’amélioration progressive des prises de commandes depuis début 2017.

Les prises de commandes atteignent 807 millions d’euros fin décembre 2018, en croissance à deux chiffres par rapport à 2017. Les unités de séparation des gaz de l’air représentent plus de la moitié des commandes. Il s’agit de projets Groupe et de commandes de clients tiers, en particulier en Asie.

Marchés Globaux & Technologies

L’activité Marchés Globaux & Technologies présente des ventes en hausse de + 29,6 % à 474 millions d’euros en 2018. Le principal contributeur à cette croissance est l’activité biogaz avec la montée en puissance d’une unité majeure de purification du biogaz de décharge aux Etats-Unis et de quatre plus petites unités de purification du biogaz de déchets agricoles en France et au Royaume-Uni. Les activités Maritime et Technologies avancées affichent également une forte croissance.

Les prises de commandes sont en augmentation de plus de + 30 % à fin décembre et s’élèvent à 460 millions d’euros.

Focus - Marchés Globaux & Technologies

  • Air Liquide et 10 grandes entreprises japonaises issues de différentes industries et de la finance, ont annoncé en mars la création du consortium “Japan H2 Mobility” avec pour objectif d'accélérer le déploiement au Japon de stations et de voitures fonctionnant à l’hydrogène. Les 11 sociétés fondatrices contribueront au développement d’une infrastructure hydrogène à grande échelle afin de construire un réseau de 320 stations d’ici 2025 et 900 d’ici 2030. Aujourd’hui, près de 100 stations sont déjà en service au Japon. Pour sa part, Air Liquide installera et opérera une vingtaine de stations d’ici 2021.
  • Air Liquide a inauguré en mars une nouvelle station hydrogène près de Versailles en France. Cette station alimentera les deux bus à hydrogène qui seront mis en service en 2019 et la flotte des taxis hydrogène parisiens “Hype” qui connait un fort développement. Il s’agit de la troisième station installée par Air Liquide en région parisienne.
  • Air Liquide a mis en service au 1er trimestre 2018, trois nouvelles unités de production de biométhane aux Etats-Unis, en France et au Royaume-Uni, doublant ainsi sa capacité de production de biométhane qui atteint désormais 60 MW, équivalent à 500 GWh en année pleine de production. Le Groupe a décidé, au cours des quatre dernières années, près de 100 millions d’euros d’investissements dans la production de biométhane et exploite 10 unités de production dans le monde, destinées à purifier le biogaz pour le transformer en biométhane et l’injecter dans les réseaux de gaz naturel.
  • Début septembre, Air Liquide a inauguré à Hobro, au Danemark, HyBalance, un site pilote de production d’hydrogène décarbonné, en présence des partenaires du projet. Cette usine utilise la technologie de l’électrolyse, qui permet d’équilibrer le réseau électrique et de stocker le surplus d’électricité sous forme d’hydrogène, lequel sera utilisé pour l’industrie et les transports. L’électrolyseur, d’une capacité de 1,2 MW permet de produire environ 500 kg d’hydrogène par jour sans émissions de CO2. Dans le cadre de ce projet initié en 2016, Air Liquide a développé, construit et exploite l’unité de production d’hydrogène par électrolyse de l’eau, ainsi que le centre de remplissage pour ses clients industriels livrés par camion.
  • Fin septembre, Air Liquide a inauguré son Campus Innovation Paris, situé sur le plateau de Saclay, en région parisienne. Ce nouveau Campus incarne l’approche « innovation ouverte » du Groupe, notamment au service de la transition énergétique et l’environnement, la santé et la transformation numérique. Il comprend le plus grand centre de Recherche & Développement du Groupe, un bâtiment totalement rénové pour un investissement de 50 millions d’euros. C’est un bâtiment à haute performance énergétique qui permet de tester les nouvelles énergies propres (pile à combustible, panneaux photovoltaïques, gaz naturel 100 % bio-méthane et électricité 100 % renouvelable). Il rassemble près de 500 collaborateurs dont 350 chercheurs. Le Campus Innovation accueillera également dès 2019 un accélérateur de start up deeptech.
  • Fin novembre, Air Liquide a annoncé la construction, de la première unité de production de grande taille d’hydrogène liquide destinée aux marchés de l’hydrogène énergie, dans l’Ouest des Etats-Unis. Air Liquide prévoit d’investir plus de 150 millions de dollars américains pour une production de près de 30 tonnes d’hydrogène par jour, ce qui permettra de répondre aux besoins croissants du marché de la mobilité hydrogène en Californie.
  • Fin janvier 2019, Air Liquide a annoncé avoir pris une participation de 18,6% dans le capital de la société canadienne Hydrogenics Corporation, un spécialiste des équipements de production d’hydrogène par électrolyse et des piles à combustible. Cette opération stratégique correspond à un investissement de 20,5 millions de dollars américains (18 millions d’euros). Air Liquide et Hydrogenics ont également conclu un accord technologique et commercial afin de développer conjointement des technologies d'électrolyse.

RESULTAT OPERATIONNEL COURANT

Le résultat opérationnel courant avant amortissements s’élève à 5 215 millions d’euros, en hausse publiée de + 1,4 % par rapport à 2017 et de + 5,3 % hors change.

Les achats progressent de + 7,2 %, notamment du fait de l’augmentation des prix de l’énergie. Les achats d’équipements sont également en hausse pour l'activité Equipements & Installations en Electronique et pour l'Ingénierie & Construction. Par ailleurs, l’attention constante portée sur les coûts et le programme d’efficacités permettent notamment aux frais de personnel et aux autres charges et produits de croître moins rapidement que les ventes (+ 0,2 % et + 0,8 % respectivement par rapport à une croissance des ventes publiées de + 3,3 %).

Les amortissements atteignent 1 766 millions d’euros, en baisse de - 0,7 % du fait de l‘effet de change. Hors change et malgré l’impact des démarrages et montées en puissance, la croissance des amortissements reste inférieure à celle du chiffre d’affaires. Cette évolution reflète également le nombre important de renouvellements de contrats réalisés en 2018 dans nos principaux bassins Grande Industrie.

A fin 2018, les synergies Airgas représentent 290 millions de dollars américains en cumulé depuis l’acquisition en mai 2016. Il s’agit de 231 millions de dollars de synergies de coûts, soit plus que l’objectif initial, et 59 millions de dollars de synergies de croissance. Ainsi, l’objectif de 300 millions de dollars américains de synergies cumulées est atteint au 1 er  trimestre 2019, soit plus d’un an avant l’objectif initial. L’intégration d’Airgas est par ailleurs finalisée.

Sur l’exercice 2018, les synergies s’élèvent à 76 millions de dollars américains. La part des synergies de croissance continue d’augmenter et représente plus de 40 % des synergies de l’année. Elles proviennent du déploiement d’offres croisées aux Etats-Unis telles que les petits générateurs sur site de technologie Air Liquide proposés aux clients d’Airgas et les gaz en bouteilles et les produits associés au gaz désormais disponibles aux clients d’Air Liquide. L’accompagnement des clients d’Airgas au Canada et au Mexique est un autre exemple de synergies de croissance.

Sur l’année, les efficacités s’élèvent à 351 millions d’euros, dépassant largement l’objectif annuel de plus de 300 millions d’euros du programme NEOS. Elles intègrent pour la première fois en 2018 une contribution d’Airgas, à hauteur de 31 millions d’euros. Elles représentent une économie de 2,3 % de la base des coûts et de 2,9 % hors Airgas. Avec plus du tiers des efficacités, l’Industriel Marchand est l’activité la plus contributrice, suivie par la Grande Industrie et la Santé. Par ailleurs, les efficacités proviennent pour près de 50 % de projets industriels qui visent notamment la diminution des coûts logistiques et l’optimisation du fonctionnement des unités de production. Ainsi, l’accélération du déploiement des centres d’opération à distance (Smart Innovative Operations, SIO) est un exemple majeur en 2018. Les gains sur achats représentent près du tiers des efficacités et sont principalement liés aux achats de molécules en Electronique, d’équipements dans la Santé à domicile et d’énergie en Grande Industrie. Le solde des efficacités correspond essentiellement à des efficacités administratives et à des plans de réalignement dans plusieurs pays et activités dont l’Ingénierie & Construction.

La forte dynamique d’investissement des principaux marchés de nos clients génère pour le Groupe une augmentation des opportunités d’investissement et des signatures de nouveaux contrats long terme. Dans ce contexte porteur pour la croissance future et afin de sécuriser la réalisation de l’objectif NEOS d’atteindre un ROCE de plus de 10% en 2021-2022, le programme d’efficacités du Groupe va être significativement renforcé. Ainsi, à partir de 2019, l’objectif annuel de génération d’efficacités est désormais fixé à plus de 400 millions d’euros, par rapport à un objectif de plus de 300 millions d’euros précédemment. Les efficacités supplémentaires viendront pour moitié de l’intégration d’Airgas dans le programme et pour moitié du renforcement des projets de mise en commun d’actifs et de plateformes partagées, ainsi que de l’accélération de la mise en œuvre des solutions digitales.

Le résultat opérationnel courant (ROC) du Groupe atteint 3 449 millions d’euros en 2018, en hausse publiée de + 2,5 % mais en croissance de + 6,7 % hors change. La marge opérationnelle (ROC sur chiffre d’affaires) s’établit à 16,4 % et à 16,6 % hors effet énergie, soit une amélioration de + 10 points de base par rapport à celle de 2017.

Focus - Achats et efficacités

  • Un an après le lancement de son premier centre d’opération à distance en France, Air Liquide a inauguré en janvier 2018 en Malaisie un nouveau centre “Smart Innovative Operations (SIO)” pour la région Asie du Sud-Est Pacifique. Ce centre SIO permet de gérer à distance la production de 18 unités Grande Industrie d’Air Liquide dans huit pays de la région, d’optimiser leur consommation d’énergie et d’améliorer leur fiabilité. Air Liquide a investi 20 millions d’euros dans ce projet.
  • Fin novembre, Air Liquide a annoncé la signature au Texas d’un contrat de fourniture de 50 mégawatts (MW) d’électricité renouvelable d’origine éolienne avec une filiale de NextEra Energy Resources, LLC, le plus grand producteur mondial d’énergie renouvelable. Grâce à l’utilisation d’électricité d’origine éolienne, Air Liquide évitera l’émission de 1,5 million de tonnes de CO 2 sur la durée de l’accord.

Gaz & Services

Le résultat opérationnel courant de l’activité Gaz & Services s’élève à 3 679 millions d’euros, en hausse publiée de + 2,6 % par rapport à 2017. La marge opérationnelle publiée est de 18,3 %. Hors effet énergie, elle s’établit à 18,6 %, soit une amélioration de + 30 points de base par rapport à celle de 2017.

Dans un contexte mondial d’inflation plus marquée, les prix de vente ont augmenté de + 1,5 % sur l’année grâce notamment à l’activité Industriel Marchand qui présente une hausse de + 2,5 %. Les prix sont en léger retrait en Electronique alors qu’ils sont quasi-stables dans la Santé.

Les efficacités s’élèvent à 315 millions d’euros en 2018 pour l’activité Gaz & Services.

Marge opérationnelle Gaz et Services (a)   2017   2018   2018,

hors énergie

Amériques   16,8 %   17,2 %   17,2 %
Europe   19,3 %   19,2 %   19,8 %
Asie-Pacifique   19,7 %   19,2 %   19,5 %
Moyen-Orient et Afrique   17,2 %   16,0 %   15,0 %
TOTAL   18,3 %   18,3 %   18,6 %

(a) Résultat opérationnel courant/chiffre d’affaires, en données publiées

Le résultat opérationnel courant de la zone Amériques atteint 1 369 millions d’euros en 2018, stable (+ 0,3 %) par rapport à 2017 du fait de la dépréciation du dollar américain par rapport à l’euro et de la cession de l’activité Réfrigérants d’Airgas. Hors effet énergie, la marge opérationnelle est de 17,2 %, en hausse de + 40 points de base par rapport à 2017. La progression est significative en Industriel Marchand notamment du fait de la contribution des synergies d’Airgas et d’un effet prix élevé. A l’inverse, les fortes ventes d’Equipements & Installations en Electronique et la cession de l’activité Réfrigérants d’Airgas ont un effet dilutif sur la marge.

Le résultat opérationnel courant de la zone Europe s’élève à 1 368 millions d’euros, en augmentation de + 4,5 %. Hors effet énergie, la marge opérationnelle s’établit à 19,8 %, en hausse de + 50 points de base principalement du fait du renforcement des effets prix en Industriel Marchand au fur et à mesure de l’année et des efficacités générées dans la zone toutes branches d’activités confondues. Par ailleurs, la gestion active du portefeuille d’activités, ayant conduit à la cession d’une petite activité d’Equipements & Installations en Electronique, a également un impact relutif sur la marge.

En Asie-Pacifique, le résultat opérationnel courant s’établit à 837 millions d’euros, en augmentation de + 4,1 %. Hors effet énergie, la marge opérationnelle s’établit à 19,5 %, en baisse de - 20 points de base. En effet, le niveau exceptionnellement élevé des ventes d’Equipements & Installations en Electronique et plusieurs démarrages d’unités Grande Industrie en Chine au 2ème semestre ont un impact légèrement dilutif sur la marge. Néanmoins, la marge opérationnelle est en amélioration en Industriel Marchand, soutenue par la croissance des ventes de gaz en bouteilles et les efficacités.

Le résultat opérationnel courant de la zone Moyen-Orient et Afrique s’élève à 105 millions d’euros, en baisse de - 3,9 % par rapport à 2017. Hors effet énergie, la marge opérationnelle s’établit à 15,0%, en retrait de - 220 points de base. Après une phase transitoire dans des conditions d’exploitation relativement exceptionnelles, les unités de production d’hydrogène à Yanbu en Arabie saoudite ont désormais atteint leur mode de fonctionnement nominal marqué par un ajustement structurel de la marge opérationnelle.

Ingénierie & Construction

Le résultat opérationnel courant de l’Ingénierie & Construction s’établit à - 4 millions d’euros, pénalisé par un volume d’activité toujours insuffisant. Néanmoins, l’augmentation progressive de l’activité a permis de renouer avec un résultat opérationnel courant positif au 2ème semestre qui devrait continuer à s’améliorer progressivement pour atteindre un niveau de marge compris entre 5 et 10 % à moyen terme.

Marchés Globaux & Technologies

Le résultat opérationnel courant de l’activité Marchés Globaux & Technologies s’établit à 50 millions d’euros avec une marge opérationnelle à 10,5 % sur l’année, plus élevée au 2ème semestre (12,0 %). Une partie des activités est en phase de lancement et le niveau de marge, qui dépend de la nature des projets réalisés pendant la période, peut varier de manière significative.

Recherche & Développement et Frais de holding

Les dépenses de Recherche & Développement et les Frais de holding s’élèvent à 277 millions d’euros, en hausse de + 14,2 % par rapport à 2017, du fait du développement de la recherche et de la montée en puissance de la transformation numérique du Groupe.

RESULTAT NET

Les Autres produits et charges opérationnels présentent un solde de - 162 millions d’euros. Il s’agit notamment de coûts liés aux plans de réalignement réalisés dans différents pays et activités, en particulier en Ingénierie & Construction, des coûts d’intégration d’Airgas et de provisions liées à des risques géopolitiques exceptionnels.

Le résultat financier de - 353 millions d’euros est en baisse par rapport à 2017 (- 489 millions d’euros). Le coût de l’endettement financier net s’établit à - 303 millions d’euros, en diminution de - 28,1 %, et bénéficie notamment d’un gain exceptionnel d’environ 55 millions d’euros généré au 1er semestre par le débouclage d’instruments de couverture liés à la réorganisation de la dette aux Etats-Unis. Hors cet effet, le coût moyen de la dette nette à 3,0 % baisse de - 20 points de base par rapport à 2017.

La charge d’impôt atteint 731 millions d’euros, en hausse de + 523 millions d’euros par rapport à 2017 où un gain exceptionnel de 586 millions d’euros sans flux de trésorerie associé avait été reconnu résultant principalement de la réforme fiscale américaine. Le taux effectif d’impôt s’établit à 24,9 % en 2018 en amélioration de + 450 points de base par rapport au taux effectif d’impôt récurrent de 2017. Cette baisse s’explique principalement par la réduction du taux d’impôt fédéral américain de 35% à 21% ainsi que par des éléments exceptionnels, notamment en France au 1er semestre et aux Pays-Bas au 2ème semestre.

La quote-part du résultat des sociétés mises en équivalence s’élève à 4 millions d’euros par rapport à 5 million d’euros en 2017. La part des intérêts minoritaires dans le résultat net atteint 94 millions d’euros, en hausse de + 2,2 %, le résultat des filiales avec des actionnaires minoritaires ayant progressé, notamment en Chine.

Pour mémoire, le résultat net des activités non poursuivies en 2017 (- 37 millions d’euros) reflétait l’impact de la cession d’Air Liquide Welding.

Le résultat net part du Groupe s’établit à 2 113 millions d’euros en 2018, en baisse publiée de - 3,9 % mais en progression de + 4,2 % par rapport au résultat net « récurrent » de 2017 qui exclut les éléments exceptionnels et l’impact de la réforme fiscale américaine qui étaient sans effet sur la trésorerie. Il est en hausse de + 8,7 % en excluant également l’effet change.

A 4,95 euros, le bénéfice net par action est en hausse de + 4,0 % par rapport au bénéfice net par action « récurrent » de 2017, en ligne avec la croissance du résultat net part du Groupe. Le nombre moyen d’actions en circulation retenu pour le calcul du bénéfice net par action au 31 décembre 2018 est de 426 674 123.

Évolution du nombre d’actions

    2017   2018
Nombre moyen d’actions en circulation(a)   426 409 142   426 674 123
Nombre d’actions au 31 décembre 2017       426 731 852
Options levées durant l’exercice       185 549
Augmentation de capital réservée aux salariés       1 049 529
Nombre d’actions au 31 décembre 2018       427 966 930

(a) Retraité en 2017 de l’impact de l’attribution d’actions gratuites du 4 octobre 2017.

Focus – Evolution du nombre d’actions

  • Fin octobre, Air Liquide a annoncé une opération d’augmentation de capital réservée aux salariés. Cette opération, qui s’inscrit dans la politique de développement de l’actionnariat salarié du Groupe, couvre plus de soixante-dix pays. Air Liquide souhaite ainsi associer encore davantage ses collaborateurs au développement du Groupe et à ses performances dans la durée.

DIVIDENDE

Lors de l’Assemblée Générale du 7 mai 2019, le versement d’un dividende de 2,65 euros par action ainsi qu’une distribution d’actions gratuites de 1 pour 10 seront proposés aux actionnaires au titre de l’exercice 2018. Le montant distribué est estimé à 1 165 millions d’euros en tenant compte des mouvements de rachats et d'annulations d'actions, soit un taux de distribution de 55 % du résultat net publié. Le détachement du coupon est fixé au 20 mai 2019 et la mise en paiement interviendra à compter du 22 mai 2019.

Flux de trésorerie et bilan 2018

(en millions d'euros)   2017   2018
Capacité d’autofinancement avant variation du besoin en fonds de roulement   4 133   4 138
Variation du besoin en fonds de roulement   188   613
Autres éléments   (67)   (35)
Flux de trésorerie généré par les activités opérationnelles   4 254   4 716
Distributions   (1 099)   (1 234)
Acquisitions d’immobilisations nettes des cessions (a)   (1 850)   (2 272)
Augmentation de capital en numéraire   70   138
Achat d’actions propres   (158)   (64)

Incidence des variations monétaires et de l’endettement net d’ouverture des sociétés nouvellement intégrées et retraitement du coût de l'endettement net financier

  780   (448)
Variation de l’endettement net   1 997   836
Endettement net au 31 décembre   (13 371)   (12 535)
Ratio d’endettement net sur fonds propres au 31 décembre   80%   69%

(a) Incluant les transactions avec les minoritaires

FLUX DE TRÉSORERIE GÉNÉRÉ PAR LES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES

La capacité d’autofinancement avant variation du besoin en fonds de roulement atteint 4 138 millions d’euros, stable (+ 0,1 %) par rapport à 2017 ; elle s’établit à 19,7 % des ventes Groupe.

Le flux net de trésorerie généré par les activités opérationnelles, après variation du besoin en fonds de roulement, s'élève à 4 716 millions d’euros, en hausse de + 10,9 % par rapport à 2017 ; il s’établit à 22,4 % des ventes. Cette amélioration est le résultat des actions menées pour réduire le besoin en fonds de roulement.

VARIATION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT

Le besoin en fonds de roulement (BFR) baisse de - 613 millions d’euros en 2018. Cette amélioration provient principalement de l’activité Gaz & Services où les créances clients sont en baisse, notamment du fait de la mise en place d’un programme d’affacturage sans recours chez Airgas. Dans une moindre mesure, le BFR de l’Ingénierie & Construction est également en baisse alors que celui des Marchés Globaux & Technologies est stable. Le besoin en fonds de roulement hors impôts s’établit à 4,1 % des ventes, en baisse par rapport au ratio de 6,4 % de 2017.

PAIEMENTS SUR INVESTISSEMENTS

En 2018, les paiements bruts sur investissements s’élèvent à 2 380 millions d’euros et incluent les transactions avec les minoritaires.

(en millions d'euros)   Paiements sur

investissements industriels

  Paiements sur

investissements financiers (a)

  Total paiements sur investissements (a)
2014   1 902   273   2 175
2015   2 028   395   2 423
2016   2 259   12 180   14 439
2017   2 183   144   2 327
2018   2 249   131   2 380

(a) Incluant les transactions avec les minoritaires

Les produits de cessions d'immobilisations, pour un total de 103 millions d'euros, concernent des actifs non stratégiques de taille réduite. Ces cessions font partie d’une gestion active du portefeuille d’activités.

Les paiements nets sur investissements, qui incluent le rachat d’intérêts minoritaires, s’établissent à 2 272 millions d'euros.

Paiements sur investissements industriels

Les paiements sur investissements industriels bruts du Groupe s’élèvent à 2 249 millions d’euros en 2018, en hausse de + 3,1 % par rapport à 2017. Ils représentent 10,7 % des ventes. En ce qui concerne les activités Gaz & Services, ces paiements représentent 2 071 millions d’euros et leur répartition par géographie est présentée ci-dessous.

  Gaz & Services
(en millions d'euros)   Europe   Amériques   Asie-Pacifique   Moyen-Orient

et Afrique

  Total
       
2017   578   690   509   154   1 931
2018   676   861   461   73   2 071

Paiements sur investissements financiers

Les investissements financiers se sont élevés à 131 millions d'euros dont un million d’euros de transactions avec les minoritaires.

ENDETTEMENT NET

L’endettement net au 31 décembre 2018 atteint 12 535 millions d’euros. Malgré un effet de change négatif et une augmentation du dividende, il baisse de - 836 millions d’euros par rapport à fin 2017 grâce au niveau très élevé de flux net de trésorerie généré par les activités opérationnelles en 2018. Le ratio d’endettement net sur fonds propres s’établit à 68,8 % fin décembre 2018, en forte baisse par rapport à 80 % fin 2017.

Focus – Emission obligataire

  • En mars, Air Liquide a finalisé avec succès sa première émission obligataire sur le marché domestique chinois (“Panda”) pour un montant nominal total de 2,2 milliards de Renminbis (environ 280 millions d’euros) et devient ainsi l’une des premières entreprises européennes à émettre sur ce marché. Cette transaction porte des coupons de 5,95 % et 6,40 % pour des maturités respectives de 3 et 5 ans. La tranche à 5 ans, maturité la plus longue jamais réalisée par une entreprise européenne sur le marché Panda, reflète la dimension long terme des activités du Groupe. Le produit de cette émission sera utilisé pour financer de nouveaux investissements et pour refinancer la dette liée à des investissements antérieurs en Chine.

ROCE

Le retour sur capitaux employés après impôts (ROCE) s’établit à 8,0 %, en hausse de + 30 points de base par rapport au ROCE récurrent de fin 20172 (7,7 %). Hors effet change, l’amélioration est de + 60 points de base. Le Groupe confirme l’objectif NEOS d’atteindre à nouveau un ROCE supérieur à 10 % d’ici 2021 - 2022.

2 Qui exclut du résultat net 2017 les éléments exceptionnels et l’impact de la réforme fiscale américaine qui étaient sans effet sur la trésorerie.

CYCLE D’INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT

Investissements

Le regain d’activité constaté ces derniers trimestres concernant les projets d’investissement se poursuit. Les décisions d’investissement atteignent un niveau record tandis que le portefeuille d’opportunités à 12 mois est en forte augmentation.

DECISIONS D’INVESTISSEMENT ET INVESTISSEMENTS EN COURS

(en milliards d'euros)   Décisions d’investissement industriel   Décisions d’investissement financier (acquisitions)   Total décisions d’investissement
2014   1,9   0,2   2,1
2015   1,9   0,5   2,4
2016   2,0   12,2   14,2
2017   2,4   0,2   2,6
2018   3,0   0,2   3,1

En 2018, les décisions d’investissement industriel et financier s’élèvent à plus de 3,1 milliards d’euros en hausse de + 22 % par rapport à 2,6 milliards d’euros en 2017. Il s’agit d’un niveau record, hors acquisitions majeures. D’un montant de 1 173 millions d’euros, les décisions du 4ème trimestre ont été particulièrement élevées.

Les décisions d’investissement industriel s’élèvent à 2 960 millions d’euros. Elles incluent neuf investissements majeurs pour la Grande Industrie, dont cinq dans des bassins industriels clés pour le Groupe, au Benelux et dans le golfe du Mexique aux Etats-Unis, trois dans des économies en développement, en Europe de l’Est et en Chine, et un investissement d’efficacité au Japon. Les décisions d’investissement industriel en Electronique sont en augmentation de plus de + 40 % par rapport à 2017 et atteignent un niveau record en 2018. Elles incluent neuf investissements de fourniture d’azote ultra-pur à des acteurs majeurs de l’industrie des circuits intégrés, principalement en Asie. Par ailleurs, les décisions d’investissement pour les Marchés Globaux & Technologies, qui s’inscrivent dans la transition énergétique, sont en forte progression en 2018, notamment pour l’hydrogène énergie et le bio-méthane.

Les décisions d’investissement financier s’élèvent à environ 160 millions d’euros sur l’année. Il s’agit essentiellement de petites acquisitions dans l’activité Industriel Marchand, notamment aux Etats-Unis (7 sociétés ont été acquises par Airgas en 2018) et en Chine, ainsi que dans la Santé.

Les investissements en cours d’exécution (« investment backlog ») représentent un montant total de 2,2 milliards d’euros, en hausse de près de 100 millions d’euros par rapport à 2017. Ils devraient apporter une contribution future aux ventes annuelles d’environ 0,9 milliard d’euros par an après montée en puissance complète des unités.

Focus - Décisions d’investissement industriel et financier

  • Air Liquide a annoncé en avril avoir signé un nouveau contrat à long-terme avec Covestro, leader mondial dans la fabrication de matériaux polymères high-tech, pour la fourniture d’hydrogène au site de production situé dans la zone portuaire d’Anvers. Air Liquide va investir 80 millions d’euros dans la construction d’une unité de production d’hydrogène dotée d’une nouvelle technologie propriétaire qui améliore l’efficacité énergétique et l’impact environnemental global du processus de production à travers un modèle de capture et de valorisation du CO 2 qui s’inscrit dans un schéma d’économie circulaire. L’hydrogène produit permettra également à Air Liquide d’alimenter les clients de ce bassin industriel.
  • Air Liquide et Evraz, un des leaders de la production mondiale d’acier, ont signé en mai un contrat long-terme de fourniture d’oxygène, d’azote et d’argon à Novokuznetsk en Russie. Air Liquide investira environ 130 millions d’euros dans la construction de deux unités de séparation des gaz de l’air produisant chacune 1 500 tonnes d’oxygène par jour. Ces usines permettront d’améliorer l’efficacité énergétique et l’empreinte environnementale globale du processus de production.
  • En avril, Air Liquide a annoncé avoir signé un nouveau contrat à long-terme aux Etats-Unis avec LyondellBasell pour la fourniture d’oxygène à leur nouvelle usine pétrochimique au Texas dont l’achèvement est attendu pour 2021. Cette nouvelle usine d’oxyde de propylène / alcool butylique tertiaire (PO/TBA) devrait être la plus grande usine de ce type au monde une fois construite. L’oxygène sera fourni à travers le réseau Air Liquide de canalisations qui s’étend sur plus de 3 000 kilomètres le long des côtes du Texas et de la Louisiane.
  • Avec l’acquisition via une prise de participation majoritaire (60%) de la division Respiratoire de Thimar Al Jazirah Company (TAC) en Arabie saoudite annoncée début janvier, Air Liquide lance son activité Santé à domicile en Arabie saoudite, où le Groupe fournit déjà des gaz médicaux aux hôpitaux. Cette division est spécialisée dans la distribution d’équipements respiratoires et de services associés. TAC est le principal acteur local dans ce domaine, avec plus de 1 400 patients pris en charge à domicile dans tout le pays. En 2016, la division santé à domicile de TAC a généré un chiffre d’affaires de plus de 5,5 millions d’euros.
  • Air Liquide étend son offre de services dans la Santé à domicile avec l’acquisition début avril de la start-up EOVE, société française de conception et de fabrication de ventilateurs destinés à la prise en charge à domicile de personnes souffrant d’insuffisances respiratoires chroniques. EOVE a développé une solution innovante : un ventilateur portable connecté qui prend en compte les besoins de mobilité des patients et facilite la pratique des médecins.
  • Airgas a annoncé, début mai, l’acquisition des actifs et des opérations de la société Weiler Welding Company, société de fourniture de gaz industriels, notamment pour le secteur des boissons et pour le soudage, basée à Moraine dans l’Ohio. Cette acquisition est la 500 ème de l’histoire d’Airgas depuis sa création, il y a 36 ans.
  • Air Liquide a annoncé en juin une prise de participation minoritaire dans la start-up chinoise STNE (Shanghai Sinotran New Energy Automobile Operation Co., LTD) afin d’accélérer le déploiement de flottes de camions électriques fonctionnant à l’hydrogène en Chine. Ceci s’inscrit dans le cadre du 13ème plan quinquennal du gouvernement chinois, avec notamment pour ambition d’accompagner le développement et la commercialisation de véhicules électriques à hydrogène au service d’une mobilité propre.

DEMARRAGES

17 démarrages ont été réalisés en 2018 dont celui de Fujian Shenyuan en Chine en décembre : six démarrages dans la zone Amériques dont quatre aux Etats-Unis, quatre en Europe dont une reprise de site au Kazakhstan qui marque l’entrée du groupe dans ce pays, cinq en Asie dont trois en Chine et deux au Moyen-Orient et Afrique, en Egypte. Fujian Shenyuan contribue pour un mois d'activité, après obtention des permis nécessaires et réalisation des tests de performance, alors que les discussions sur les modalités d'application de certaines clauses du contrat commercial se poursuivent avec le client.

La contribution aux ventes 2018 des montées en puissance et des démarrages d’unités s’élève à 270 millions d’euros. La contribution la plus importante correspond au démarrage d’une unité majeure de séparation des gaz de l’air en Afrique du Sud fin décembre 2017.

Focus – Démarrages

  • En décembre 2017, Air Liquide a procédé au démarrage de la plus grande unité de production d’oxygène du monde pour Sasol, entreprise internationale intégrée des secteurs de l’énergie et de la chimie. Air Liquide a investi environ 200 millions d’euros pour la construction de cette unité d’une capacité totale de 5 000 tonnes d’oxygène par jour à Secunda (à 140 km environ à l’est de Johannesburg). Elle est gérée et exploitée par Air Liquide, Sasol ayant choisi d’externaliser ses besoins en oxygène à un spécialiste de la production de gaz industriels pour la première fois sur ce site.
  • Le démarrage de cette unité majeure en Afrique du Sud est aussi une nouvelle source de gaz rares. Ainsi, en 2018, plusieurs contrats pluriannuels de xénon et de krypton d’une valeur totale de plus de 50 millions d’euros ont été signés avec des fabricants de semi-conducteurs et de satellites. Le secteur des semi-conducteurs utilise du xénon ou du krypton pour les procédés récents de production des mémoires flash haut de gamme, à un moindre coût. La propulsion électrique des satellites requiert également l'utilisation du xénon, ce qui permet de diminuer significativement les coûts de lancement.
  • Début septembre, Air Liquide a commencé à fournir de l’hydrogène au Kazakhstan grâce à l’acquisition d’unités d’hydrogène et de purification d’une capacité totale pouvant atteindre 30 000 Nm3/h. Cet investissement de 12 millions d’euros réalisé par Air Liquide Munay Tech Gases (ALMTG) constitue la première étape de la coopération entre Air Liquide et KazMunayGaz (KMG). L’hydrogène et la vapeur produits seront livrés à la raffinerie Pavlodar Oil Chemistry dans le cadre d’un contrat d’approvisionnement de long-terme en gaz.

OPPORTUNITES D’INVESTISSEMENT

Le portefeuille d’opportunités d’investissement à 12 mois s’établit à 2,6 milliards d’euros à fin décembre 2018, en hausse de 500 millions d’euros par rapport à 2017 malgré un niveau de décisions d’investissement particulièrement élevé. En effet, les nouveaux projets entrant dans le portefeuille représentent des montant supérieurs à ceux signés par le Groupe, remportés par la concurrence ou retardés. Le portefeuille d’opportunités d’investissement n’avait pas atteint un tel niveau depuis fin 2015.

La zone Amériques reste la première géographie au sein du portefeuille, avec plus du tiers des opportunités, suivie par l’Asie qui augmente sa taille relative. Les opportunités viennent principalement de l’industrie chimique et de la métallurgie pour la Grande Industrie, qui représente les deux tiers du portefeuille, et de l’industrie des circuits intégrés pour l’Electronique.

Environ la moitié des projets est inférieure à 50 millions d’euros d’investissement et 5 projets sont compris entre 100 et 150 millions d’euros. La taille moyenne des projets est en baisse par rapport aux années précédentes à environ 20 millions d’euros, ce qui permet de mieux répartir les risques et d’assurer une croissance future plus régulière. Le portefeuille d’opportunités contient quelques reprises de sites qui apporteraient une contribution plus rapide à la croissance.

Financement 2018

NOTATION EN CATEGORIE « A » CONFIRMÉE

Air Liquide est noté par 2 agences principales, Standard & Poor’s et Moody’s. Les notations long terme attribuées à Air Liquide sont respectivement « A-» pour Standard & Poor’s et « A3 » par Moody’s, résultats conformes à la stratégie du Groupe. Par ailleurs, les notations court terme attribuées à Air Liquide sont de « A2 » pour Standard & Poor’s et de « P2 » pour Moody’s. Standard & Poor’s, le 11 octobre 2018, et Moody’s, le 18 juin 2018 ont confirmé les notations, et maintenu la perspective stable.

DIVERSIFICATION DES SOURCES DE FINANCEMENT

Au 31 décembre 2018, les financements du Groupe sur les marchés représentent 94 % de la dette brute, pour un encours total d’émissions obligataires de 12,4 milliards d’euros, tous programmes d'émission confondus, et 0,7 milliard d'euros de papier commercial.

Le montant total des lignes de crédit augmente significativement, passant de 3,1 milliards d’euros à 3,6 milliards d’euros. D’une part, le montant des lignes de crédit bilatérales est abaissé de 1,8 à 1,6 milliard d'euros, après maturité d’une ligne, renouvelée pour un montant inférieur de 0,2 millions d’euros. D’autre part, le Groupe a renouvelé une ligne de crédit syndiqué en portant le montant de 1,3 milliard d'euros à 2 milliards. Cette ligne a pour échéance décembre 2023, avec deux options d’extension d’un an chacune.

Le montant de la dette brute arrivant à échéance dans les 12 prochains mois est de 2,5 milliards d’euros, stable par rapport à celle au 31 décembre 2017.

Emissions de 2018

En mars 2018, Air Liquide Finance a finalisé avec succès sa première émission obligataire sur le marché domestique chinois (“Panda”) pour un montant nominal total de 2,2 milliards de Renminbis (environ 280 millions d’euros). Le produit de cette émission a été utilisé pour financer de nouveaux investissements et pour refinancer la dette liée à des investissements antérieurs en Chine.

Par ailleurs, les encours liés au programme EMTN s’élèvent à 5,9 milliards d’euros (montant nominal) à fin 2018.

Répartition par devise de l’endettement net au 31 décembre

    31/12/2017   31/12/2018
Euro   31 %   45 %
Dollar américain   52 %   37 %
Renminbi   5 %   3 %
Yen   3 %   3 %
Autres   9 %   12 %
TOTAL   100 %   100 %

Le financement des investissements est généralement réalisé dans la devise des flux de trésorerie générés par ces investissements, créant ainsi une couverture de change naturelle. En 2018, la dette en dollar américain diminue fortement en raison du refinancement en euros d’une partie de la dette d’acquisition d’Airgas. Ainsi, la répartition entre euro et dollar américain se modifie au profit de l’euro. Par ailleurs, la dette en dollar américain bénéficie également d’un impact de change favorable. La dette libellée en renminbi baisse en volume et en quote-part, les flux de trésorerie ayant permis le remboursement d’une part de la dette. La dette libellée en yen est stable.

CENTRALISATION DE TRÉSORERIE ET DES FINANCEMENTS

Air Liquide Finance a poursuivi la centralisation des soldes des flux de trésoreries des entités du Groupe. En 2018, le dollar australien a été ajouté dans sa centralisation quotidienne, qui compte désormais 14 devises.

Au 31 décembre 2018, Air Liquide Finance accorde, directement ou indirectement, l’équivalent de 15,4 milliards d’euros de prêts et reçoit en dépôt 4,4 milliards d’euros d’excédents de trésorerie. Ces opérations sont réalisées dans 28 devises (principalement : euro, dollar américain, dollar singapourien, renminbi). Le périmètre direct et indirect (incluant les filiales dont la centralisation de trésorerie est faite localement avant d’être centralisée vers Air Liquide Finance) compte environ 390 filiales.

ÉCHÉANCIER ET MATURITÉ DE LA DETTE

La maturité moyenne de la dette du Groupe est de 5.9 ans au 31 décembre 2018, en légère décroissance par rapport au 31 décembre 2017. En effet, des émissions obligataires sont arrivées à échéance en 2018 sans besoin d’être refinancées, grâce à la génération de flux de trésorerie nets de l’année 2018.

Le graphique ci-après représente l’échéancier de la dette du Groupe. L’échéance annuelle la plus élevée représente environ 18 % de la dette brute.

PERSPECTIVES

L’année 2018 est une année particulièrement dynamique, tant par la croissance des ventes à 21 milliards d’euros et la progression du résultat net à 2,1 milliards d’euros, que par les efficacités et synergies réalisées, ou le niveau élevé des investissements industriels décidés.

La croissance des ventes est la plus forte depuis 2011. Toutes les activités progressent, notamment les activités Gaz & Services, soit 96% du chiffre d’affaires du Groupe, avec un dernier trimestre particulièrement dynamique en Électronique et en Industriel Marchand. Sur le plan géographique, toutes les régions sont en progression, notamment les zones Amériques et Asie-Pacifique, en particulier la Chine.

Les synergies Airgas sont atteintes avec un an d’avance, confirmant ainsi la bonne finalisation de l’intégration. De plus, les objectifs d'efficacité opérationnelle ont été dépassés, contribuant à une progression de la marge opérationnelle Gaz & Services, hors effet énergie. A partir de 2019, l’objectif annuel d’efficacité est porté à 400 millions d’euros pour le Groupe, soit 100 millions d’euros de plus que l’objectif initial du programme NEOS.

Les flux de trésorerie sont en augmentation et participent à la réduction significative du taux d’endettement, à 69%. Le bilan du Groupe est solide. Le ROCE s’améliore pour atteindre 8,3% hors change, en ligne avec l’objectif NEOS.

Dans un contexte d’opportunités industrielles toujours importantes, les décisions d'investissement du Groupe atteignent plus de 3 milliards d’euros. Les investissements industriels en cours d’exécution s’élèvent à 2,2 milliards d’euros en appui de la croissance future.

Ainsi, dans un environnement comparable, Air Liquide est confiant dans sa capacité à réaliser en 2019 une croissance du résultat net, calculée à change constant.

ANNEXES

Estimation de l’impact d’IFRS16 sur l’exercice 2019

A partir du 1er janvier 2019, les états financiers du Groupe intègreront les impacts de l’application obligatoire de la norme IFRS16 « contrats de location » publiée le 13 janvier 2016. Aucun retraitement comparatif des états financiers antérieurs ne sera réalisé. La norme n'aura pas d'impact sur le traitement comptable actuel des contrats de vente du Groupe, comme mentionné dans le Document de Référence 2017 (page 229). En tant que preneur, le principal impact de cette norme consiste à reconnaitre au bilan tout contrat de location sans distinction entre location financement et location simple. Dans le cadre de son activité, le Groupe conclut en tant que preneur les contrats portants sur les principaux actifs suivants :

  • Terrains, bâtiments et bureaux ;
  • Matériels de transport, notamment pour les activités de l’Industriel Marchand et de la Santé ;
  • Equipements.

Tout contrat qui répond à la définition du contrat de location entraine la comptabilisation chez le preneur d’un passif locatif à hauteur de la valeur actualisée des paiements de loyers restants et d’un actif au titre du droit d’utilisation d’un montant égal au passif locatif, ajusté du montant des loyers payés d’avance ou à payer ainsi que des éventuelles provisions pour contrats déficitaires qui étaient comptabilisés au bilan au 31 décembre 2018.

La collecte des données et l’analyse quantitative des impacts sur les états financiers du Groupe sont en cours de finalisation mais le Groupe anticipe les impacts suivants :

  • Bilan consolidé : le Groupe estime que la première application de la norme IFRS16 conduirait à la reconnaissance au 1er janvier 2019 d’une immobilisation et d’une dette financière de l’ordre de 1,3 à 1,5 milliard d’euros.
  • Compte de résultat consolidé. Les charges d’exploitation liées aux contrats de location sont désormais comptabilisées en dotations aux amortissements et en charges financières :
    • le ratio de la marge opérationnelle avant amortissements 3 devrait progresser d’environ + 100 points de base ;
    • le ratio amortissements sur chiffre d’affaires devrait augmenter d’environ + 100 points de base ;
    • le résultat opérationnel courant (ROC) devrait présenter une légère amélioration dont l’impact sur le ratio ROC sur chiffre d’affaires ne devrait pas dépasser + 10 points de base ;
    • le Groupe n’anticipe pas d’impact significatif sur le résultat net.
  • Ratio de rentabilité des capitaux employés (ROCE) : du fait de la reconnaissance d’une dette supplémentaire, le ROCE devrait baisser de - 10 à - 20 points de base.

3 Résultat opérationnel courant avant amortissements sur chiffre d’affaires

Impacts du change, de l’énergie et du périmètre significatif (Annuel)

Méthode employée

Au-delà de la comparaison des chiffres publiés, les informations financières sont fournies hors change, hors effet de variation des prix du gaz naturel et de l’électricité et hors effet de périmètre significatif.

  • Les gaz pour l’industrie et la santé ne s’exportant que très peu, l’impact des variations monétaires sur les niveaux d’activité et de résultat est limité à la conversion des états financiers en euros pour les filiales situées en dehors de la zone euro. L’effet de change est calculé sur la base des agrégats de la période convertis au taux de change de la période précédente.
  • Par ailleurs, le Groupe répercute à ses clients la variation des coûts de l’énergie (gaz naturel et électricité) à travers une facturation indexée intégrée à leurs contrats moyen et long terme. Cela peut conduire à une variation significative des ventes (principalement dans la Branche d'activité Grande Industrie) d'une période à l'autre selon la fluctuation des prix de marché de l'énergie.

Un impact énergie est calculé sur les ventes de chacune des principales filiales de l’activité Grande Industrie. Leur consolidation permet de déterminer l’impact énergie pour le Groupe. Le taux de change utilisé est le taux de change moyen annuel de l’année N-1.

Ainsi, au niveau d’une filiale, la formule suivante donne l’impact énergie, calculé respectivement pour le gaz naturel et pour l'électricité :

Impact énergie = Part des ventes indexée sur l'énergie année (N-1) x (Prix énergie moyen année (N) - Prix énergie moyen année (N-1))

Cet effet de l’indexation du gaz naturel et de l’électricité n’a pas d’impact sur le résultat opérationnel courant.

  • L’effet périmètre significatif correspond à l’impact sur les ventes de toute acquisition ou cession de taille significative pour le Groupe. Ces variations de périmètre sont déterminées :
    • pour les acquisitions de la période, en déduisant des agrégats de la période la contribution de l'acquisition,
    • pour les acquisitions de la période antérieure, en déduisant des agrégats de la période la contribution de l'acquisition allant du 1er janvier de la période en cours jusqu'à la date anniversaire de l'acquisition,
    • pour les cessions de la période, en déduisant des agrégats de la période précédente la contribution de l'entité cédée à compter du jour anniversaire de la cession,
    • pour les cessions de la période antérieure, en déduisant des agrégats de la période précédente la contribution de l'entité cédée.
(en millions d’euros)   2018   Variation 2018/2017 Publiée   Effet de change   Effet du gaz naturel   Effet de l'électricité   Effet de périmètre significatif   Variation 2018/2017 Comparable
Chiffre d'affaires                            
Groupe   21 011   + 3,3 %   (752)   186   93   (98)   + 6,1 %
Effets en %           - 3,6 %   + 0,9 %   + 0,4 %   - 0,5 %    
Gaz & Services   20 107   + 2,4 %   (733)   186   93   (98)   + 5,2 %
Effets en %           - 3,7 %   + 0,9 %   + 0,5 %   - 0,5 %    
Résultat opérationnel courant                        
Groupe   3 449   + 2,5 %   (142)   -   -   (26)   + 7,6 %
Effets en %           - 4,2 %           - 0,8 %    
Gaz & Services   3 679   + 2,6 %   141   -   -   (26)   + 7,3 %
Effets en %           + 3,9 %           - 0,7 %    

La marge opérationnelle hors effet énergie correspond au résultat opérationnel courant sur chiffre d’affaires hors énergie, soit pour le Groupe sur l’année 2018 : 16,6 % = 3 449 / (21 011– 186 – 93).

La cession de l’activité Réfrigérants d’Airgas effective en octobre 2017 engendre un effet périmètre significatif sur le chiffre d’affaires 2018 dont le détail par trimestre est le suivant :

(en millions d'euros)   T1 2018   T2 2018   T3 2018   T4 2018   2018
Réfrigérants d'Airgas   (35)   (36)   (26)   (1)   (98)
Effets en %   - 0,7 %   - 0,7 %   - 0,5 %   - 0,0 %   - 0,5 %

Le résultat net récurrent de 2017 atteignait 2 029 millions d’euros et correspondait au résultat net publié 2017 hors éléments exceptionnels et impact de la réforme fiscale américaine qui étaient sans effet sur la trésorerie. L’effet change sur le résultat net – part du Groupe en 2018 est de 92 millions d’euros. La variation 2018/2017 par rapport au résultat net récurrent de 2017 et hors change s’établit donc à (2 113 - 92) / 2 029 = + 8,7 %.

Impacts du change, de l’énergie et du périmètre significatif (Trimestre)

             

Le chiffre d’affaires du 4ème trimestre 2018 comprend les effets suivants :

 
(en millions d’euros)   T4 2018   Variation T4 2018/2017 Publiée   Effet de change   Effet du gaz naturel   Effet de l'électricité   Effet de périmètre significatif   Variation T4 2018/2017 Comparable
Chiffre d'affaires                            
Groupe   5 578   + 9,1 %   (6)   87   38   (1)   + 6,8 %
Effets en %           - 0,1 %   + 1,7 %   + 0,7 %   - 0,0%    
Gaz & Services   5 272   + 8,1 %   (1)   87   38   (1)   + 5,6 %
Effets en %           - 0,0%   + 1,8 %   + 0,7 %   - 0,0%    

Chiffre d’affaires 4 ème trimestre 2018

PAR GÉOGRAPHIE

Chiffre d’affaires

(en millions d’euros)

  T4 2017   T4 2018   Variation publiée   Variation comparable
Amériques   1 931   2 091   + 8,3 %   + 6,2 %
Europe   1 748   1 868   + 6,9 %   + 2,4 %
Asie-Pacifique   1 039   1 153   + 11,0 %   + 8,8 %
Moyen-Orient et Afrique   159   160   + 0,4 %   + 12,4 %
Gaz & Services   4 877   5 272   + 8,1 %   + 5,6 %
Ingénierie & Construction   114   145   + 27,5 %   + 28,7 %
Marchés Globaux & Technologies   121   161   + 32,1 %   + 34,7 %
CHIFFRE D'AFFAIRES TOTAL   5 112   5 578   + 9,1 %   + 6,8 %

PAR BRANCHE MONDIALE D’ACTIVITÉ

Chiffre d’affaires

(en millions d’euros)

  T4 2017   T4 2018   Variation publiée   Variation comparable
Grande Industrie   1 356   1 513   + 11,6 %   + 3,0 %
Industriel Marchand   2 239   2 368   + 5,8 %   + 5,1 %
Santé   878   910   + 3,7 %   + 5,1 %
Électronique   404   481   + 19,1 %   + 17,7 %
CHIFFRE D'AFFAIRES GAZ & SERVICES   4 877   5 272   + 8,1 %   + 5,6 %

Information géographique et sectorielle

   
2017   2018
(en millions d’euros et %)   Chiffre d'affaires   Résultat opérationnel courant   Marge opérationnelle courante   Chiffre d'affaires   Résultat opérationnel courant   Marge opérationnelle courante
Amériques   8 149,8   1 365,2   16,8 %   7 982,1   1 369,4   17,2 %
Europe   6 775,5   1 309,3   19,3 %   7 111,4   1 367,9   19,2 %
Asie-Pacifique   4 081,7   803,8   19,7 %   4 358,5   836,9   19,2 %
Moyen-Orient et Afrique   634,9   109,0   17,2 %   654,9   104,8   16,0 %
Gaz et Services   19 641,9   3 587,3   18,3 %   20 106,9   3 679,0   18,3 %
Ingénierie & Construction   335,1   (23,4)   -7,0 %   430,2   (3,7)   - 0,9 %
Marchés Globaux & Technologies   372,3   42,2   11,3 %   474,0   49,8   10,5 %
Réconciliation   -   (242,3)   -   -   (276,6)   -
TOTAL GROUPE   20 349,3   3 363,8   16,5 %   21 011,1   3 448,5   16,4 %

La marge opérationnelle (ROC sur chiffre d’affaires) 2018 s’établit à 16,4 % et à 16,6 % hors effet énergie, soit une amélioration de + 10 points de base par rapport à celle de 2017.

Compte de résultat consolidé

En application de la norme IFRS 5, le « Résultat net des activités non poursuivies » reflète l’impact de la cession d’Air Liquide Welding réalisée en juillet 2017.

(en millions d’euros)   2017   2018
Chiffre d'affaires   20 349,3   21 011,1
Autres produits d'exploitation   221,5   188,4
Achats   (7 720,8)   (8 276,4)
Charges de personnel   (4 138,3)   (4 145,8)
Autres charges d'exploitation   (3 570,0)   (3 562,5)
Résultat opérationnel courant avant amortissements   5 141,7   5 214,8
Dotations aux amortissements   (1 777,9)   (1 766,3)
Résultat opérationnel courant   3 363,8   3 448,5
Autres produits opérationnels   219,8   4,6
Autres charges opérationnelles   (563,3)   (166,4)
Résultat opérationnel   3 020,3   3 286,7
Coût de l'endettement financier net   (421,9)   (303,4)
Autres produits financiers   32,5   13,6
Autres charges financières   (100,0)   (62,9)
Charge d'impôt   (207,3)   (730,7)
Quote-part du résultat net des sociétés mises en équivalence   5,2   4,1
RÉSULTAT NET DES ACTIVITÉS POURSUIVIES   2 328,8   2 207,4
RÉSULTAT NET DES ACTIVITÉS NON POURSUIVIES   (37,2)   -
RÉSULTAT NET   2 291,6   2 207,4
- Intérêts minoritaires   92,0   94,0
- Part du Groupe   2 199,6   2 113,4
         
Résultat net par action (en euros)   5,16   4,95
Résultat net dilué par action (en euros)   5,14   4,93
         
Résultat net par action des activités poursuivies (en euros)   5,25   4,95
Résultat net dilué par action des activités poursuivies (en euros)   5,22   4,93
         
Résultat net par action des activités non poursuivies (en euros)   (0,09)   -
Résultat net dilué par action des activités non poursuivies (en euros)   (0,08)   -

Bilan consolidé

   
ACTIF (en millions d'euros)   31 décembre 2017   31 décembre 2018
Écarts d'acquisition   12 840,4   13 345,0
Autres immobilisations incorporelles   1 611,1   1 598,7
Immobilisations corporelles   18 525,9   19 248,2
Actifs non courants   32 977,4   34 191,9
Actifs financiers non courants   541,6   524,9
Titres mis en équivalence   128,2   142,1
Impôts différés actif   258,4   282,8
Instruments dérivés actif non courants   130,5   75,9
Autres actifs non courants   1 058,7   1 025,7
TOTAL DES ACTIFS NON COURANTS   34 036,1   35 217,6
Stocks et en-cours   1 333,7   1 460,1
Clients   2 900,0   2 500,4
Autres actifs courants   863,5   892,0
Impôt courant actif   199,5   140,7
Instruments dérivés actif courants   38,4   44,2
Trésorerie et équivalents de trésorerie   1 656,1   1 725,6
TOTAL DES ACTIFS COURANTS   6 991,2   6 763,0
TOTAL DES ACTIFS   41 027,3   41 980,6
 
 
PASSIF (en millions d'euros)   31 décembre 2017   31 décembre 2018
Capital   2 356,2   2 361,8
Primes   2 821,3   2 884,5
Réserves   9 077,3   10 544,4
Actions propres   (136,5)   (121,0)
Résultat net - part du Groupe   2 199,6   2 113,4
Capitaux propres du Groupe   16 317,9   17 783,1
Intérêts minoritaires   400,5   424,3
TOTAL DES CAPITAUX PROPRES   16 718,4   18 207,4
Provisions et avantages au personnel   2 593,3   2 410,7
Impôts différés passif   1 807,7   1 955,9
Emprunts et dettes financières non courantes   12 522,4   11 709,6
Autres passifs non courants   238,5   250,0
Instruments dérivés passif non courants   2,3   18,4
TOTAL DES PASSIFS NON COURANTS   17 164,2   16 344,6
Provisions et avantages au personnel   332,7   325,1
Fournisseurs   2 446,4   2 714,5
Autres passifs courants   1 623,9   1 639,8
Impôt à payer   194,2   171,2
Dettes financières courantes   2 504,6   2 550,9
Instruments dérivés passif courants   42,9   27,1
TOTAL DES PASSIFS COURANTS   7 144,7   7 428,6
TOTAL DES PASSIFS ET DES CAPITAUX PROPRES   41 027,3   41 980,6

Tableau des flux de trésorerie consolidé

  2017   2018
(en millions d'euros)    
Activités opérationnelles        
Résultat net - part du Groupe   2 199,6   2 113,4
Intérêts minoritaires   92,0   94,0
Ajustements :        
• Dotations aux amortissements   1 782,9   1 766,3
• Variation des impôts différés(a)   (350,4)   55,3
• Variation des provisions   298,9   (89,5)
• Quote-part des résultats nets des mises en équivalence   (0,2)   (4,1)
• Plus ou moins-values de cessions d'actifs   4,5   (9,6)
• Coût de l'endettement financier net(b)   105,7   212,4
Capacité d'autofinancement avant variation du besoin en fonds de roulement   4 133,0   4 138,2
Variation du besoin en fonds de roulement   188,3   612,9
Autres éléments   (67,3)   (34,7)
Flux net de trésorerie généré par les activités opérationnelles   4 254,0   4 716,4
Opérations d'investissement        
Acquisitions d'immobilisations corporelles et incorporelles   (2 182,5)   (2 249,2)
Acquisitions d'immobilisations financières et incidences des variations de périmètre   (140,4)   (129,2)
Produits de cessions d'immobilisations corporelles et incorporelles   472,9   98,0
Produits de cessions d'immobilisations financières   4,3   5,1
Dividendes reçus des mises en équivalence   -   5,1
Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement   (1 845,7)   (2 270,2)
Opérations de financement        
Distribution        
• L'Air Liquide S.A.   (1 031,2)   (1 159,4)
• Minoritaires   (67,6)   (75,3)
Augmentations de capital en numéraire   70,0   138,1
Achats d'actions propres   (158,4)   (63,6)
Intérêts financiers décaissés nets   -   (167,1)
Variation des dettes financières(b)   (1 085,4)   (1 149,8)
Transactions avec les actionnaires minoritaires   (4,4)   (1,4)
Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement   (2 277,0)   (2 478,5)
Incidences des variations monétaires et du périmètre   (46,1)   65,2
Variation de la trésorerie nette   85,2   32,9
TRÉSORERIE NETTE AU DÉBUT DE L'EXERCICE   1 430,5   1 515,7
TRÉSORERIE NETTE À LA FIN DE LA PÉRIODE   1 515,7   1 548,6

(a) La variation des impôts différés indiquée dans le tableau des flux de trésorerie n’inclut pas la variation des impôts différés relative aux cessions d’actifs et aux frais financiers capitalisés.
(b) En 2017, le coût de l'endettement financier net comprenait uniquement le coût financier net sur l'acquisition d'Airgas.

La trésorerie nette à la clôture s'analyse comme suit :

(en millions d'euros)   31 décembre 2017   31 décembre 2018
Trésorerie et équivalents de trésorerie   1 656,1   1 725,6
Découverts bancaires (inclus dans les dettes financières courantes)   (140,4)   (177,0)
TRESORERIE NETTE   1 515,7   1 548,6

Détermination de l’endettement net

(en millions d'euros)   31 décembre 2017   31 décembre 2018
Emprunts et dettes financières non courantes   (12 522,4)   (11 709,6)
Dettes financières courantes   (2 504,6)   (2 550,9)
TOTAL ENDETTEMENT BRUT   (15 027,0)   (14 260,5)
Trésorerie et équivalents de trésorerie   1 656,1   1 725,6
ENDETTEMENT NET A LA FIN DE LA PERIODE   (13 370,9)   (12 534,9)

Tableau d’analyse de la variation de l’endettement net

(en millions d'euros)   31 décembre 2017   31 décembre 2018
Endettement net au début de l'exercice   (15 368,1)   (13 370,9)
Flux net de trésorerie généré par les activités opérationnelles   4 254,0   4 716,4
Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement   (1 845,7)   (2 270,2)
Flux net de trésorerie généré par les opérations de financement,

avant variation des emprunts

  (1 191,6)   (1 161,6)
Total flux net de trésorerie   1 216,7   1 284,6
Incidence des variations monétaires et de l'endettement net d'ouverture des sociétés nouvellement intégrées et autres   886,2   (236,2)
Retraitement du coût de l'endettement net financier   (105,7)   (212,4)
Variation de l'endettement net   1 997,2   836,0
ENDETTEMENT NET A LA FIN DE LA PERIODE   (13 370,9)   (12 534,9)

Rentabilité des capitaux employés – ROCE

Méthode employée

La rentabilité des capitaux employés après impôts est calculée à partir des états financiers consolidés du Groupe, en effectuant le ratio suivant pour la période considérée. Au numérateur : résultat net - coût de l’endettement financier net après impôts pour la période considérée. Au dénominateur : moyenne de (total des capitaux propres + endettement net) à la fin des 3 derniers semestres.

ROCE 2018   2017   S1 2018   2018  

Calcul
ROCE

(en millions d’euros)   (a)   (b)   (c)  
  Résultat Net   2 291,6   2 291,6   2 207,4   2 207,4
Coût de l'endettement financier net   -421,9   -421,9   -303,4   -303,4
Taux effectif d'impôt (a)   8,2 %   29,4 %   25,5 %   25,5 %
Coût de l'endettement financier net après impôt   -160,8   -297,9   -226,0   -226,0
Résultat Net - Coût de l'endettement financier net après impôt   2 452,4   2 589,5   2 433,4   2 433,4
Dénominateur

((a)+(b)+(c))/3

Total des capitaux propres   16 718,4   16 769,4   18 207,4   17 231,7
Endettement net   13 370,9   14 217,3   12 534,9   13 374,4
Moyenne de (total des capitaux propres + endettement net)               30 606,1
ROCE               8,0 %
 
ROCE 2017 2016 S1 2017 2017

Calcul
ROCE

(en millions d’euros)   (a)   (b)   (c)  
  Résultat Net   1 926,7   976,5   2 291,6   2 291,6
Coût de l'endettement financier net   -389,1   -222,9   -421,9   -421,9
Taux effectif d'impôt (a)   28,2%   27,9%   29,4 %   29,4 %
Coût de l'endettement financier net après impôt   -279,2   -160,8   -297,9   -297,9
Résultat Net - Coût de l'endettement financier net après impôt   2 205,9   1 137,3   2 589,5   2 589,5
Dénominateur

((a)+(b)+(c))/3

Total des capitaux propres   17 125,0   16 049,0   16 718,4   16 630,8
Endettement net   15 368,1   15 610,1   13 370,9   14 783,0
Moyenne de (total des capitaux propres + endettement net)               31 413,8
ROCE publié               8,2 %
ROCE hors éléments exceptionnels 2017 sans effet sur la trésorerie               7,7 %

(a) hors événements non récurrents d'impôt

Le retour sur capitaux employés après impôts (ROCE) s’établit à 8,0 %, en hausse de + 30 points de base par rapport au ROCE récurrent de fin 2017 4 (7,7 %). Hors effet change, l’amélioration est de + 60 points de base :

  • Le numérateur, résultat net - le coût de l’endettement financier net après impôts en 2018, devient : 2 532,5 millions d’euros.
  • Le dénominateur, moyenne de (total des capitaux propres + endettement net) à la fin de 2017, du 1er semestre 2018 et de 2018, devient : 30 413,0 millions d’euros.
  • Le ROCE hors change correspondant aux deux éléments ci-dessus devient donc 2 532,5 / 30 413,0 = 8,3% ce qui donne une amélioration de + 60 points de base avec le ROCE publié fin 2017 qui était à 7,7%.

4 Qui exclut du résultat net 2017 les éléments exceptionnels et l’impact de la réforme fiscale américaine qui étaient sans effet sur la trésorerie.

La présentation de la publication est disponible à partir de 9h00 (heure de Paris) sur www.airliquide.com
Tout au long de l’année suivez l’actualité d’Air Liquide sur @AirLiquideGroup

PROCHAINS RENDEZ-VOUS
Chiffre d’affaires du 1 er trimestre 2019 :
26 avril 2019

Assemblée Générale Mixte :
7 mai 2019

Date de détachement du coupon :
20 mai 2019

Mise en paiement du dividende :
22 mai 2019

 

Air Liquide est un leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé. Présent dans 80 pays avec environ 66 000 collaborateurs, le Groupe sert plus de 3,6 millions de clients et de patients. Oxygène, azote et hydrogène sont des petites molécules essentielles à la vie, la matière et l’énergie. Elles incarnent le territoire scientifique d’Air Liquide et sont au cœur du métier du Groupe depuis sa création en 1902.

Air Liquide a pour ambition d’être un leader de son industrie, d’être performant sur le long terme et de contribuer à un monde plus durable. Sa stratégie de transformation centrée sur le client vise une croissance rentable dans la durée. Elle s’appuie sur l’excellence opérationnelle et la qualité des investissements, de même que sur l’innovation ouverte et l’organisation en réseau mise en place par le Groupe à l’échelle mondiale. Grâce à l’engagement et l’inventivité de ses collaborateurs pour répondre aux enjeux de la transition énergétique et environnementale, de la santé et de la transformation numérique, Air Liquide crée encore plus de valeur pour l’ensemble de ses parties prenantes.

Le chiffre d’affaires d’Air Liquide s’est élevé à 21 milliards d’euros en 2018. Ses solutions pour protéger la vie et l’environnement représentent plus de 40 % de ses ventes. Air Liquide est coté à la Bourse Euronext Paris (compartiment A) et appartient aux indices CAC 40, EURO STOXX 50 et FTSE4Good.

Relations Médias
+33 (0)1 40 62 50 59

Relations Investisseurs
Paris - France
+33 (0)1 40 62 50 87
Philadelphie - USA
+1 610 263 8277